Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier


Texte pour atelier voix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Texte pour atelier voix

Message par Gilles de Gand le Jeu 19 Avr 2012 - 15:34

Je propose celui-ci, sans surprise :

SORCIER

Sorcier
La lune brille en plein jour
La haine
Le plus doux des amours

Un chariot de fer
Un berceau plein de terre
Je me sens si mal
A courir comme un animal

Païen
Tu alourdis le ventre
Paysan
Des femmes aux gestes lents

Tu n'iras plus aux champs
Au moins pour bien longtemps
Et puis j'ai si peur
Que ça me brûle au fond du cœur

Caché
Dans les trous noirs des villes
Patient
Silencieux, tranquille

Il attend son heure
De malheur, de malheur
C'est une tempête
Il a le diable dans la tête

Sorcier
La lune brille en plein jour
La haine
Le plus doux des amours

Une parole en l'air
En forme de prière
Je me sens si mal
A courir comme un animal

(Gabriel Yacoub)


Voyez ICI si vous ne craignez pas d'être influencés par ce que Malicorne a fait de ce texte en le mettant en musique.

Ne l'imprimez pas j'en apporterai qq exemplaires.

_________________
Gilles de Gand
avatar
Gilles de Gand

Nombre de messages : 1526
Age : 60
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gillg14.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Léa le Sam 21 Avr 2012 - 18:41

Pour rester dans les chansons je propose le texte de "J'ai vu" de Niagara :


J’ai vu Berlin, Bucarest et Pékin comme si j’y étais.
Matin et soir le nez dans la télé, c’est encore plus vrai.
J’étais de tous les combats, collée devant l’écran.
A la fois à Soweto, en Chine et au Liban.
Lancer des pierres au bord de Gaza, je ne regrette pas.
Des religieux, au nom de leur foi, m’ont lance une fatwa.

{Refrain:}
J’ai vu la guerre, la victoire était au bout de leur fusils.
J’ai vu le sang sur ma peau, j’ai vu la fureur et les cris
Et j’ai prié, j’ai prié tous ceux qui se sont sacrifiés.
J’ai vu la mort se marrer et ramasser ceux qui restaient...
Et j’ai vu...

Que cent mille fleurs s’ouvrent a jamais, et j’ai deja donné.
Les drapeaux rouges ont cessé de flotter, je les ai brûlés.
Un homme ce matin s’est jeté sous un train.
Abandonné comme un chien, la misère et la faim.
La pire est à craindre pour demain :
Ça ne me fait rien
Accrochée à ma fenêtre bleutée,
J’ai cherché la vérité.

{Refrain}

dispo pour l'écoute ici "si vous ne craignez pas d'être influencés"
dites vos impressions ...
avatar
Léa
Admin

Nombre de messages : 900
Age : 22
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 02/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Gilles de Gand le Sam 21 Avr 2012 - 18:59

Oui, proposition intéressante, et un texte d'ailleurs assez proche de celui du "Recours aux forêts", de Michel O., qui nous a conduit vers cet exercice. A croire d'ailleurs que Michel s'est inspiré de cette chanson pour écrire sa pièce.

_________________
Gilles de Gand
avatar
Gilles de Gand

Nombre de messages : 1526
Age : 60
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gillg14.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Morgan le Dim 22 Avr 2012 - 1:07

Il faut chanter ? Non parce que ça ne m'arrange pas trop à vrai dire...Même si j'aime bien J'ai vu.
avatar
Morgan

Nombre de messages : 2135
Age : 29
Localisation : 1462, rue de bretteville
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Gilles de Gand le Dim 22 Avr 2012 - 11:32

Non, il s'agit bien de mise en voix de textes, rien d'autre, même si les textes proposés sont (pour le moment) uniquement des textes de chansons.

_________________
Gilles de Gand
avatar
Gilles de Gand

Nombre de messages : 1526
Age : 60
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gillg14.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Gilles de Gand le Mar 1 Mai 2012 - 0:39

Un autre texte, qui m'émeut chaque fois que je l'entends joué par son auteur, Guy Bedos, et qui est une belle profession de foi pour nous autres, qui nous efforçons d'être comédiens...

LA VIE EST UNE COMEDIE ITALIENNE

La vie est une comédie italienne
Buena sera , signore , signori
La vie est une comédie italienne
Tu ris , tu pleures , tu pleures , tu ris
Tu vis , tu meurs , tu meurs , tu vis
Comediante
Tragediante
C'est ça , c'est ça , la VIE.

Il bidone
Federico Fellini
Il pigeonne
Mario Monicelli
Il fanfaronne
Dino Risi
Ettore Scola
Te voilà
Nous nous sommes tant aimés
Nous nous sommes tant aimés.

Mes chers amis , mes camarades
Rejoignez-moi dans ma parade
Je suis un vieil arlequin mité
Fatigué d'avoir trop crié
Mes mensonges et mes vérités
Sur les tréteaux de charité
De ma commedia dell'arte.

En piste
En piste
Les artistes
C'est notre rôle
D'être drôles.

Dans le rire et dans les larmes
Couvrons un peu le bruit des armes
Les gens sont de plus en plus dingues
Se flinguent avec des mots , se flinguent
Avec des flingues
Ils passent leur temps à se flinguer
Et ils voudraient qu'on soit plus gais.

En piste
En piste
Les artistes
C'est notre rôle
D'être drôles.

Mes chers amis , mes camarades
Rejoignez-moi dans ma parade
Tu ris , tu pleures , tu pleures , tu ris
Tu vis , tu meurs , tu meurs , tu vis
Comediante
Tragediante
C'est ça , c'est ça , la VIE.

Buena sera , signore , signori
Auteurs
Acteurs
Spectateurs
Pour un soir
L'ESPOIR
Arrivederci , arrivederla
Je suis content , vous êtes tous là
Buena sera , signore , signori
A domani , a domani.

_________________
Gilles de Gand
avatar
Gilles de Gand

Nombre de messages : 1526
Age : 60
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gillg14.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Morgan le Mar 1 Mai 2012 - 0:50

Très beau texte.
avatar
Morgan

Nombre de messages : 2135
Age : 29
Localisation : 1462, rue de bretteville
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Proposition

Message par Gilles de Gand le Mer 9 Mai 2012 - 3:25

Texte un peu triste, pour l'atelier voix. De qui à votre avis ? Les paris sont ouverts...

LA PETITE ROSE

Pour la petite Rose
J'ai fait sculpter ces roses
Ces roses par les mains
D'un humble Michel-Ange
Qui ouvre pour les anges
Des roses sans parfum.

Pour la petite Rose
Le ciseau du virtuose
A taillé un à un
Des pétales étranges
De pâleur qui se rangent
En un précieux écrin

Sur les roses de Rose
Peu à peu se dépose
La rosée du chagrin
La nature en échange
Aux larmes mélange
La rosée du matin

Pauvre petite chose
Cueillie à peine éclose
Par les doigts du destin
As-tu gagné au change
Es-tu avec les anges
Ou bien n'es-tu plus rien ?

Pour la petite Rose
J'ai fait sculpter ces roses
Ces roses par les mains
D'un humble Michel-Ange
Qui ouvre pour les anges
Des roses sans parfum.

_________________
Gilles de Gand
avatar
Gilles de Gand

Nombre de messages : 1526
Age : 60
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gillg14.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Morgan le Sam 12 Mai 2012 - 10:08

Ça me rappelle un poème de Goethe, mais ce n'est pas cela. Un texte inspiré de ce dernier, peut-être, mais aucune idée de qui est ce texte.

EDIT : Merci google, très douce chanson, agréable et apaisante.
avatar
Morgan

Nombre de messages : 2135
Age : 29
Localisation : 1462, rue de bretteville
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Gilles de Gand le Sam 12 Mai 2012 - 11:10

C'est un musicien-poète, français, auteur de chansons, donc, et complètement décédé. Lucien de son vrai prénom.

Tiens, deux textes de Claude Moine, très "cinéma", comme une bonne partie de son oeuvre :

LES TUNIQUES BLEUES ET LES INDIENS

A t´entendre faut croire que le bon Dieu... t´a créé
Il s´est surestimé... ou trompé
Si t´es à son image... c´est navrant
Il doit être moche... dehors... dedans.

C´est pas clair dans ta tête, c´est pas... bien rangé
Y a autant de haine... qu´ d´amitié
Quant à l´amour, c´est rare... pas souvent
T´es handicapé du sentiment

{Refrain:}
J´ai pas confiance en l´être humain
C´est pas d´aujourd´hui, ça remonte, ça vient de très loin...
...Un´ cour d´école, à la récré, entre gamins...
On jouait aux tuniques bleues qu´exterminent les Indiens
J´ai pas confiance en l´être humain
On n´a rien pour, mais on s´dit "Bof! J´y suis pour rien
Si le mal triomphe plus facilement que le bien"
Y a toujours des tuniques bleues qui tuent les Indiens.

Voilà, j´ l´ai dit, je crois que j´t´ai tout... balancé
Ma salle de bains pourra... témoigner,
J´suis pas fier quand je me rase, j´me vois souvent
Comme un étranger moche... dehors... dedans.

{Refrain}

**********************
UNDER THE RAINBOW

La maison vide, l'frigo à l'abandon
Faut dire qu'elle enterre sa vie de glaçon
J'aurais plus à m'demander c'qu'il lui faut
Il l'emmène où il fait moins chaud
J'amenais son plateau, le journal, chaque soir
J'avais droit à deux minutes comme au parloir
Au pas de sa porte j'entendais juste son "bonsoir"
Un mot
Me projetait "under the rainbow"

Under the rainbow
Dessous, dans le noir
Fidèle serviteur
L'ombre de la star
Son homme de couleur
Blanc de peau
Noir de coeur
Under the rainbow

Ils ont décollé une nuit sans raison
Sans même couper la climatisation
J'ai les clés, les papiers de la maison
A vendre à la fin d'la saison
Pour prouver mon dévouement au labeur
M'a signé un certificat de travailleur
De l'argent dans une enveloppe... son odeur
C'est trop
C'est too much "under the rainbow"

Under the rainbow
Dessous dans le noir
Fidèle serviteur
L'ombre de la star
Son homme de couleur
Blanc de peau
Noir de coeur
Under the rainbow

_________________
Gilles de Gand
avatar
Gilles de Gand

Nombre de messages : 1526
Age : 60
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gillg14.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Gilles de Gand le Dim 13 Mai 2012 - 1:45

J'apporterai aussi probablement le texte de la dernière scène du Cyrano de Bergerac, d'Edmond Rostand, que je trouve admirable. C'est des alexandrins, à plusieurs personnages. On verra ce qu'on peut en faire. La voici, pour ceux qui veulent se faire une idée (et dites-moi si ça vous parait, c'est le cas de le dire, injouable).


LE BRET
Quelle imprudence !
Ah ! j’en étais bien sûr ! il est là !

CYRANO, souriant et se redressant
Tiens, parbleu !

LE BRET
Il s’est tué, Madame, en se levant !

ROXANE
Grand Dieu !
Mais tout à l’heure alors… cette faiblesse ?… cette ?…

CYRANO
C’est vrai ! je n’avais pas terminé ma gazette :
… Et samedi, vingt-six, une heure avant dîné,
Monsieur de Bergerac est mort assassiné.
Il se découvre ; on voit sa tête entourée de linges.

ROXANE
Que dit-il ? -– Cyrano ! -– Sa tête enveloppée !…
Ah ! que vous a-t-on fait ? Pourquoi ?

CYRANO
"D’un coup d’épée,
Frappé par un héros, tomber la pointe au cœur ! "…
— – Oui, je disais cela !… Le destin est railleur !…
Et voilà que je suis tué dans une embûche,
Par-derrière, par un laquais, d’un coup de bûche !
C’est très bien. J’aurai tout manqué, même ma mort.

RAGUENEAU
Ah ! Monsieur !…

CYRANO
Ragueneau, ne pleure pas si fort !…
Il lui tend la main.
Qu’est-ce que tu deviens, maintenant, mon confrère ?

RAGUENEAU, à travers ses larmes
Je suis moucheur de… de… chandelles, chez Molière.

CYRANO
Molière !

RAGUENEAU
Mais je veux le quitter, dès demain ;
Oui, je suis indigné !… Hier, on jouait Scapin,
Et j’ai vu qu’il vous a pris une scène !

LE BRET
Entière !

RAGUENEAU
Oui, Monsieur, le fameux : "Que diable allait-il faire ?…"

LE BRET, furieux
Molière te l’a pris !

CYRANO
Chut ! chut ! Il a bien fait !…
À Ragueneau.
La scène, n’est-ce pas, produit beaucoup d’effet ?

RAGUENEAU, sanglotant
Ah ! Monsieur, on riait ! on riait !

CYRANO
Oui, ma vie
Ce fut d’être celui qui souffle -– et qu’on oublie !
À Roxane.
Vous souvient-il du soir où Christian vous parla
Sous le balcon ? Eh bien toute ma vie est là :
Pendant que je restais en bas, dans l’ombre noire,
D’autres montaient cueillir le baiser de la gloire !
C’est justice, et j’approuve au seuil de mon tombeau
Molière a du génie et Christian était beau !
À ce moment, la cloche de la chapelle ayant tinté, on voit tout au fond, dans l’allée, les religieuses se rendant à l’office.
Qu’elles aillent prier puisque leur cloche sonne !

ROXANE, se relevant pour appeler
Ma sœur ! ma sœur !

CYRANO, la retenant
Non ! non ! n’allez chercher personne :
Quand vous reviendriez, je ne serais plus là.
Les religieuses sont entrées dans la chapelle, on entend l’orgue.
Il me manquait un peu d’harmonie… en voilà.

ROXANE
Je vous aime, vivez !

CYRANO
Non ! car c’est dans le conte
Que lorsqu’on dit : Je t’aime ! au prince plein de honte,
Il sent sa laideur fondre à ces mots de soleil…
Mais tu t’apercevrais que je reste pareil.

ROXANE
J’ai fait votre malheur ! moi ! moi !

CYRANO
Vous ?… au contraire !
J’ignorais la douceur féminine. Ma mère
Ne m’a pas trouvé beau. Je n’ai pas eu de sœur.
Plus tard, j’ai redouté l’amante à l’œil moqueur.
Je vous dois d’avoir eu, tout au moins, une amie.
Grâce à vous une robe a passé dans ma vie.

LE BRET, lui montrant le clair de lune qui descend à travers les branches
Ton autre amie est là, qui vient te voir !

CYRANO, souriant à la lune
Je vois.

ROXANE
Je n’aimais qu’un seul être et je le perds deux fois !

CYRANO
Le Bret, je vais monter dans la lune opaline,
Sans qu’il faille inventer, aujourd’hui, de machine…

ROXANE
Que dites-vous ?

CYRANO
Mais oui, c’est là, je vous le dis,
Que l’on va m’envoyer faire mon paradis.
Plus d’une âme que j’aime y doit être exilée,
Et je retrouverai Socrate et Galilée !

LE BRET, se révoltant
Non ! non ! C’est trop stupide à la fin, et c’est trop
Injuste ! Un tel poète ! Un cœur si grand, si haut !
Mourir ainsi !… Mourir !…

CYRANO
Voilà Le Bret qui grogne !

LE BRET, fondant en larmes
Mon cher ami…

CYRANO, se soulevant, l’œil égaré
Ce sont les cadets de Gascogne…
— La masse élémentaire… Eh oui ?… voilà le hic…

LE BRET
Sa science… dans son délire !

CYRANO
Copernic
À dit…

ROXANE
Oh !

CYRANO
Mais aussi que diable allait-il faire,
Mais que diable allait-il faire en cette galère ?…
Philosophe, physicien,
Rimeur, bretteur, musicien,
Et voyageur aérien,
Grand risposteur du tac au tac,
Amant aussi -– pas pour son bien ! --
Ci-gît Hercule-Savinien
De Cyrano de Bergerac
Qui fut tout, et qui ne fut rien.
… Mais je m’en vais, pardon, je ne peux faire attendre
Vous voyez, le rayon de lune vient me prendre !
Il est retombé assis, les pleurs de Roxane le rappellent à la réalité, il la regarde, et caressant ses voiles
Je ne veux pas que vous pleuriez moins ce charmant,
Ce bon, ce beau Christian ; mais je veux seulement
Que lorsque le grand froid aura pris mes vertèbres,
Vous donniez un sens double à ces voiles funèbres,
Et que son deuil sur vous devienne un peu mon deuil.

ROXANE
Je vous jure !…

CYRANO, est secoué d’un grand frisson et se lève brusquement
Pas là ! non ! pas dans ce fauteuil !
On veut s’élancer vers lui.
— – Ne me soutenez pas ! -– Personne !
Il va s’adosser à l’arbre.
Rien que l’arbre !
Silence.
Elle vient. Je me sens déjà botté de marbre,
— – Ganté de plomb !
Il se raidit.
Oh ! mais !… puisqu’elle est en chemin,
Je l’attendrai debout,
Il tire l’épée.
et l’épée à la main !

LE BRET
Cyrano !

ROXANE, défaillante
Cyrano !
Tous reculent épouvantés.

CYRANO
Je crois qu’elle regarde…
Qu’elle ose regarder mon nez, cette Camarde !
Il lève son épée.
Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !

Non ! non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile !
— Qu’est-ce que c’est que tous ceux-là ! – Vous êtes mille ?
Ah ! je vous reconnais, tous mes vieux ennemis !
Le Mensonge ?
Il frappe de son épée le vide.
Tiens, tiens ! -Ha ! ha ! les Compromis,
Les Préjugés, les Lâchetés !…
Il frappe.
Que je pactise ?
Jamais, jamais ! -Ah ! te voilà, toi, la Sottise !
— Je sais bien qu’à la fin vous me mettrez à bas ;
N’importe : je me bats ! je me bats ! je me bats !
Il fait des moulinets immenses et s’arrête haletant.
Oui, vous m’arrachez tout, le laurier et la rose !
Arrachez ! Il y a malgré vous quelque chose
Que j’emporte, et ce soir, quand j’entrerai chez Dieu,
Mon salut balaiera largement le seuil bleu,
Quelque chose que sans un pli, sans une tache,
J’emporte malgré vous,
Il s’élance l’épée haute.
et c’est…
L’épée s’échappe de ses mains, il chancelle, tombe dans les bras de Le Bret et de Ragueneau.

ROXANE, se penchant sur lui et lui baisant le front
C’est ?…

CYRANO, rouvre les yeux, la reconnaît et dit en souriant
Mon panache.

RIDEAU


_________________
Gilles de Gand
avatar
Gilles de Gand

Nombre de messages : 1526
Age : 60
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gillg14.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Gilles de Gand le Dim 13 Mai 2012 - 1:57

Et puis, tiens, on pourrait en mettre des dizaines.
J'aime bien celui-là, pas forcément drôle non plus.

Fatigué

Jamais une statue ne sera assez grande
pour dépasser la cime du moindre peuplier
et les arbres ont le coeur infiniment plus tendre
que celui des hommes qui les ont plantés
Pour toucher la sagesse qui ne viendra jamais
j'échangerais la sève du premier olivier
contre mon sang impur d'être civilisé
responsable anonyme de tout le sang versé

Fatigué, fatigué
fatigué du mensonge et de la vérité
que je croyais si belle, que je voulais aimer
et qui est si cruelle que je m'y suis brûlé
Fatigué, fatigué

Fatigué d'habiter sur la planète Terre
sur ce grain de poussière, sur ce caillou minable
sur cette fausse étoile perdue dans l'univers
berceau de la bêtise et royaume du mal
où la plus évoluée parmi les créatures
a inventé la haine, le racisme et la guerre
et le pouvoir maudit qui corrompt les plus purs
et amène le sage à cracher sur son frère

Fatigué, fatigué
fatigué de parler, fatigué de me taire
quand on blesse un enfant, quand on viole sa mère
quand la moitié du monde en assassine un tiers
Fatigué, fatigué

Fatigué de ces hommes qui ont tué les Indiens,
massacré les baleines et bâillonné la vie,
exterminé les loups, mis des colliers aux chiens
qui ont même réussi à pourrir la pluie
La liste est bien trop longue de tout ce qui m'écoeure
depuis l'horreur banale du moindre fait divers
il n'y a plus assez de place dans mon coeur
pour loger la révolte, le dégoût, la colère

Fatigué, fatigué
fatigué d'espérer et fatigué de croire
à ces idées brandies comme des étendards
et pour lesquelles tant d'hommes ont connu l'abattoir
Fatigué, fatigué

Je voudrais être un arbre, boire l'eau des orages
me nourrir de la terre, être ami des oiseaux,
et puis avoir la tête si haut dans les nuages
qu'aucun homme ne puisse y planter un drapeau
Je voudrais être un arbre et plonger mes racines
au coeur de cette terre que j'aime tellement
et que ce putain d'homme chaque jour assassine
je voudrais le silence enfin, et puis le vent...

Fatigué, fatigué
Fatigué de haïr et fatigué d'aimer
surtout ne plus rien dire, ne plus jamais crier
fatigué des discours, des paroles sacrées
Fatigué, fatigué
Fatigué, fatigué fatigué de sourire, fatigué de pleurer
fatigué de chercher quelques traces d'amour
dans l'océan de boue où sombre la pensée
Fatigué, fatigué

_________________
Gilles de Gand
avatar
Gilles de Gand

Nombre de messages : 1526
Age : 60
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gillg14.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Léa le Dim 13 Mai 2012 - 13:28

Un poème juste, d'un poète juste, juste mort.
Plusieurs personnages ...



Sur l'herbe
de Paul VERLAINE (1844-1896)

- L'abbé divague. - Et toi, marquis,
Tu mets de travers ta perruque.
- Ce vieux vin de Chypre est exquis
Moins, Camargo, que votre nuque.

- Ma flamme ... - Do, mi, sol, la, si.
L'abbé, ta noirceur se dévoile !
- Que je meure, mesdames, si
Je ne vous décroche une étoile !

- Je voudrais être petit chien !
- Embrassons nos bergères, l'une
Après l'autre. - Messieurs, eh bien ?
- Do, mi, sol. - Hé ! bonsoir la Lune !
avatar
Léa
Admin

Nombre de messages : 900
Age : 22
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 02/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Clément le Lun 14 Mai 2012 - 18:43

Restons dans la poésie. Voici un poème d'Arthur Rimbaud, certes très connu mais toujours intéressant à lire et à relire.


Le dormeur du val

C'est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent; où le soleil de la montagne fière,
Luit; C'est un petit val qui mousse de rayons.
Un soldat jeune bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pale dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme:
Nature, berce-le chaudement: il a froid.

Les parfums ne font plus frissonner sa narine;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au coté droit.


Arthur RIMBAUD (1854-1891)


avatar
Clément

Nombre de messages : 517
Age : 24
Localisation : Saint-Germain-le-Vasson
Date d'inscription : 02/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Alexis le Jeu 17 Mai 2012 - 1:14

Je propose à mon tour un texte qui figure en ouverture de Si c'est un homme de Primo Levi.

Vous qui vivez en toute quiétude
Bien au chaud dans vos maisons,
Vous qui trouvez le soir en rentrant
La table mise et des visages amis,
Considérez si c'est un homme
Que celui qui peine dans la boue,
Qui ne connaît pas de repos,
Qui se bat pour un quignon de pain,
Qui meurt pour un oui ou pour un non.
Considérez si c'est une femme
Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
Et jusqu'à la force de se souvenir,
Les yeux vides et le sein froid
Comme une grenouille en hiver.
N'oubliez pas que cela fut,
Non, ne l'oubliez pas :
Gravez ces paroles dans votre cœur,
Pensez-y chez vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant ;
Répétez-les à vos enfants,
Ou que votre maison s'écroule,
Que la maladie vous accable,
Que vos enfants se détournent de vous.
avatar
Alexis

Nombre de messages : 392
Age : 25
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Gilles de Gand le Lun 21 Mai 2012 - 19:49

Tiens, celui-là, je vous le donne en mille d'où il vient :

LE TABLEAU


Mon air et mes mots subtils
Disent que mon coeur en 2010
Voudrait tant je le sens
Partir en quatorze cent

C'est un salon gothique
Vaste et mélancolique
Où comme une âme en peine
Moi je traîne
La -haut parmi les ombres
Un tableau très sombre
Me retient toujours
Comme un amour
La nuit souvent
J'emprunte du temps
Le labyrinthe
Pour m'allonger dans le tableau

Près d'une épée sortie,
Vous, dans l'herbe, endormie
Devant un paysage,
Votre visage
Qui la nuit vient vers moi
Provoquant l'émoi
Que je chante aujourd'hui
Comme un ennui.
Alors le vent se lève
Je sens bouger vos lèvres
Et là-bas, les soldats ne nous voient pas
Votre pourpoint qui s'ouvre
Au loin les tours du Louvre
Le ciel est tourmenté
Par vos beautés

Et mon air et mes mots subtils
Disent que mon coeur en 2010
Voudrait tant je le sens
Partir en quatorze cent

_________________
Gilles de Gand
avatar
Gilles de Gand

Nombre de messages : 1526
Age : 60
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gillg14.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Gilles de Gand le Lun 21 Mai 2012 - 22:45

Je trouve que tous ces textes, et bien d'autres peut-être, et la façon que nous avons de nous en emparer, mériteraient qu'on réfléchisse à un spectacle, un bout de spectacle, un final, ou je ne sais quoi, qui reprendrait ce principe : textes DITS, à un ou plusieurs, avec ou sans musique, insérés ou non dans une continuité dramatique (un peu sur le modèle de "On connait la chanson", d'A. Resnais), avec ou sans passages dansés (un peu sur le modèle du "Recours aux forêts", de Onfray/Carlson/Lambert-wild). Outre l'intérêt que j'y trouve, ainsi que le côté me semble-t-il assez original, l'occasion nous serait donnée de renforcer notre particularité "Arts du spectacle", puisque nous pourrions mélanger théâtre, musique, danse...

Tiens, j'ajoute ce texte, que je vous conseille de dire, comme son interprète original, ou d'écouter sur le 2è mouvement de la symphonie n°7 de Beethoven, jusque vers la 3è minute.

Qui a couru sur cette plage ?
Elle a dû être très belle
Est-ce que son sable était blanc ?
Est-ce qu´il y avait des fleurs jaunes
Dans le creux de chaque dune ?
J´aurais bien aimé toucher du sable
Une seule fois entre mes doigts

Qui a nagé dans cette rivière ?
Vous prétendez qu´elle était fraîche
Et descendait de la montagne ?
Est-ce qu´il y avait des galets
Dans le creux de chaque cascade ?
J´aurais bien aimé plonger mon corps
Une seule fois dans une rivière

Dites, ne me racontez pas d´histoires !
Montrez-moi des photos pour voir
Si tout cela a vraiment existé

Vous m´affirmez
Qu´il y avait du sable
Et de l´herbe
Et des fleurs
Et de l´eau
Et des pierres
Et des arbres
Et des oiseaux ?
Allons, ne vous moquez pas de moi !

Qui a marché dans ce chemin ?
Vous dites qu´il menait à une maison
Et qu´il y avait des enfants qui jouaient autour ?
Vous êtes sûrs que la photo n´est pas truquée ?
Vous pouvez m´assurer que cela a vraiment existé ?
Dites-moi, allons, ne me racontez plus d´histoires !
J´ai besoin de toucher et de voir pour y croire

Vraiment, c´est vrai!
Le sable était blanc ?
Vraiment, c´est vrai!
Il y avait des enfants
Des rivières
Des chemins
Des cailloux
Des maisons ?
C´est vrai ?
Ça a vraiment existé ?
Ça a vraiment existé, vraiment...

_________________
Gilles de Gand
avatar
Gilles de Gand

Nombre de messages : 1526
Age : 60
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gillg14.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Un nouveau petit choix de textes, Jacques Brel et l'ALT

Message par Gilles de Gand le Dim 27 Mai 2012 - 0:19

La ville s'endormait

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Et la nuit peu à peu
Et le temps arrêté
Et mon cheval boueux
Et mon corps fatigué
Et la nuit bleu à bleu
Et l'eau d'une fontaine
Et quelques cris de haine
Versés par quelques vieux
Sur de plus vieilles qu'eux
Don't le corps s'ensommeille

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom

Et mon cheval qui boit
Et moi qui le regarde
Et ma soif qui prend garde
Qu'elle ne se voie pas
Et la fontaine chante
Et la fatigue plante
Son couteau dans mes reins
Et je fais celui-là
Qui est son souverain
On m'attend quelque part
Comme on attend le roi
Mais on ne m'attend point
Je sais depuis déjà
Que l'on meurt de hasard
En allongeant les pas

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom

Il est vrai que parfois près du soir
Les oiseaux ressemblent à des vagues
Et les vagues aux oiseaux
Et les hommes aux rires
Et les rires aux sanglots
Il est vrai que souvent
La mer se désenchante
Je veux dire en cela
Qu'elle chante
D'autres chants
Que ceux que la mer chante
Dans les livres d'enfants

Mais les femmes toujours
Ne ressemblent qu'aux femmes
Et d'entre elles les connes
Ne ressemblent qu'aux connes
Et je ne suis pas bien sûr
Comme chante un certain
Qu'elles soient l'avenir de l'homme

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom

Et vous êtes passée
Demoiselle inconnue
À deux doigts d'être nue
Sous le lin qui dansait

*****

Jaurès

Ils étaient usés à quinze ans
Ils finissaient en débutant
Les douze mois s'appelaient décembre
Quelle vie ont eu nos grands-parents
Entre l'absinthe et les grand-messes
Ils étaient vieux avant que d'être
Quinze heures par jour le corps en laisse
Laisse au visage un teint de cendre
Oui, notre Monsieur oui notre bon Maître
Pourquoi ont-ils tué Jaurès?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès?

On ne peut pas dire qu'ils furent esclaves
De là à dire qu'ils ont vécu
Lorsque l'on part aussi vaincu
C'est dur de sortir de l'enclave
Et pourtant l'espoir fleurissait
Dans les rêves qui montaient aux yeux
Des quelques ceux qui refusaient
De ramper jusqu'à la vieillesse
Oui notre bon Maître oui notre Monsieur
Pourquoi ont-ils tué Jaurès?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès?

Si par malheur ils survivaient
C'était pour partir à la guerre
C'était pour finir à la guerre
Aux ordres de quelques sabreurs
Qui exigeaient du bout des lèvres
Qu'ils aillent ouvrir au champ d'horreur
Leurs vingt ans qui n'avaient pu naître
Et ils mouraient à pleine peur
Tout miséreux oui notre bon Maître
Couverts de prêtres oui notre Monsieur

Demandez-vous belle jeunesse
Le temps de l'ombre d'un souvenir
Le temps du souffle d'un soupir
Pourquoi ont-ils tué Jaurès?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès?

*******

Mathilde

Ma mère voici le temps venu
D'aller prier pour mon salut
Mathilde est revenue
Bougnat tu peux garder ton vin
Ce soir je boirai mon chagrin
Mathilde est revenue
Toi la servante toi la Maria
Vaudrait peut-être mieux changer nos draps
Mathilde est revenue
Mes amis ne me laissez pas
Ce soir je repars au combat
Maudite Mathilde puisque te v'là

Mon cœur mon cœur ne t'emballe pas
Fais comme si tu ne savais pas
Que la Mathilde est revenue
Mon cœur arrête de répéter
Qu'elle est plus belle qu'avant l'été
La Mathilde qui est revenue
Mon cœur arrête de bringuebaler
Souviens-toi qu'elle t'a déchiré
La Mathilde qui est revenue
Mes amis ne me laissez pas
Dites-moi dites-moi qu'il ne faut pas
Maudite Mathilde puisque te v'là

Et vous mes mains restez tranquilles
C'est un chien qui nous revient de la ville
Mathilde est revenue
Et vous mes mains ne frappez pas
Tout ça ne vous regarde pas
Mathilde est revenue
Et vous mes mains ne tremblez plus
Souvenez-vous quand je vous pleurais dessus
Mathilde est revenue
Vous mes mains ne vous ouvrez pas
Vous mes bras ne vous tendez pas
Sacrée Mathilde puisque te v'là

Ma mère arrête tes prières
Ton Jacques retourne en enfer
Mathilde m'est revenue
Bougnat apporte-nous du vin
Celui des noces et des festins
Mathilde m'est revenue
Toi la servante toi la Maria
Va tendre mon grand lit de draps
Mathilde m'est revenue
Amis ne comptez plus sur moi
Je crache au ciel encore une fois
Ma belle Mathilde puisque te v'là te v'là


*******

Mobilis in mobile

Quand les vérités sont trop lasses
Pour douter du temps qui passe
D'autres ont déjà pris leur place
Alors elles s'effacent
Quand les vérités sont banales
Elles s'étalent dans le journal
Il vaut mieux tourner la page
Partir en voyage

J'irai voir tôt ou tard
Si les sirènes existent
Sur le dos des baleines
Je suivrai leur piste
Car nul ne résiste
Au charme doux
De leur chant d'amour
J'irai voir tôt au tard
Si les sirènes insistent
Sous les flots qui m'entraînent
Je suivrai leur piste
Car nul ne résiste
Au charme doux
De leur chant d'amour

Mobilis in mobile
Mobilis in mobile
J'irai de l'avant
Contre le vent

Quand les vérités sont fatales
Qu'elles n'ont plus de bonne étoile
On les voit lever le voile
Tout leur est égal
Quand les vérités aux mains sales
Se construisent des cathédrales
Il vaut mieux fuir à la nage
Partir en voyage

J'irai voir tôt ou tard
Si les sirènes existent
Sur le dos des baleines
Je suivrai leur piste
Car nul ne résiste
Au charme doux
De ce dernier rendez-vous
J'irai voir tôt au tard
Si les sirènes insistent
Sous les flots qui m'entraînent
Je suivrai leur piste
Car nul ne résiste
Au charme doux
De leur chant d'amour

Mobilis in mobile
Mobilis in mobile
J'irai de l'avant
Contre le vent
Même si les sirènes n'existent pas...


_________________
Gilles de Gand
avatar
Gilles de Gand

Nombre de messages : 1526
Age : 60
Localisation : Ifs
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://gillg14.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Texte pour atelier voix

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum